Vous cherchez
L'action internationale
18.12.2015 | International

Journée internationale des migrants: le réfugié n'est pas un illégal, ni un criminel !

Journée internationale des migrants: le réfugié n'est pas un illégal, ni un criminel !

Journée internationale des migrants: le réfugié n’est pas un illégal, ni un criminel !

La journée internationale des migrants, ce 18 décembre, est l’occasion de rappeler que personne ne choisit de gaieté de cœur de tout quitter pour l’inconnu.

Pour la Croix-Rouge, chaque individu, chaque migrant, quel que soit son statut juridique, a droit à la sécurité et à la dignité, au respect de ses droits fondamentaux.

La migration forcée pour rester en vie

La première impression en voyant Lema est celle d’une grande tristesse, d’une fragilité énorme, mais aussi d’une impressionnante maturité. La jeune fille a seulement 19 ans. Elle vivait en Syrie jusqu’à ce jour, début 2015, où sous les bombes, il a fallu prendre une décision. Dure, difficile. Comme la famille n’avait pas assez d’argent pour que tout le monde prenne la route de l’exil, les parents ont pressé les enfants à partir au plus vite. Lema a fui par la route des Balkans avec son jeune frère, mais celui-ci  a été arrêté par la police en Bulgarie. La jeune femme  est arrivée seule en Belgique, et a depuis plusieurs mois trouvé place dans un centre d’accueil de la Croix-Rouge à Bruxelles, où elle n’en finit pas d’imaginer le pire pour tous ceux qu’elle aime, à guetter la moindre nouvelle de son frère et de ses parents.

Ils sont des centaines de milliers, comme Lema, à avoir fui la guerre, la terre qui les a vu naître, laissant là-bas famille, amis, connaissances, avec l’espoir pour seul bagage.

Beaucoup ont emprunté cette même route des Balkans, après une périlleuse traversée de la Méditerranée. Plus de 3.500 personnes ont d’ailleurs péri en mer.

Le respect des droits fondamentaux des migrants

La journée internationale des migrants, ce 18 décembre, est l’occasion de rappeler que personne ne choisit de gaieté de cœur de tout quitter pour l’inconnu, un autre pays, une autre langue, des autres habitudes de vie. Lema et tous les autres ont gagné l’Europe pour rester en vie.

Pour la Croix-Rouge, chaque individu, chaque migrant, quel que soit son statut juridique, a droit à la sécurité et à la dignité, au respect de ses droits fondamentaux. Le réfugié n’est pas un criminel, ni un illégal.

Depuis le début de la crise de l’accueil en Europe, les bénévoles de la Croix-Rouge (au moins 64.000 personnes), sont présents chaque jour dans 28 pays, en Italie, en Grèce… ainsi qu’en Belgique, pour assister les migrants qui ont risqué leur vie en fuyant leur pays. Plus de 450.000 migrants ont, dans leur parcours migratoire, été aidés par la Croix-Rouge.  En Belgique, plus de 6.000 places d’accueil gérées par la Croix-Rouge ont été ouvertes en quatre mois. 600 bénévoles, au moins, se sont impliqués dans cette crise depuis août dernier.