Vous cherchez
L'action internationale
Bilan 2017

Des catastrophes silencieuses aux besoins criants

Au cours de ces derniers mois, et plus largement au cours des trois dernières décennies, les catastrophes naturelles, technologiques ou provoquées par l‘homme se sont montrées plus fréquentes et plus dévastatrices. Cependant, les catastrophes qui font la une des gros titres ne sont pas les seules à ôter des vies au moment où les papiers sont rédigés... Ailleurs dans le monde, des catastrophes de petite ou moyenne ampleur sont passées sous silence. Or, sans aide extérieure, les personnes touchées par ces catastrophes s’enfoncent dans une vulnérabilité qui s’approfondit à chaque nouveau choc rencontré, érodant leurs capacités à y faire face et à les surmonter.

 

Un Fonds d’urgence pour réagir aux catastrophes  

Afin de répondre à la détresse des populations touchées par une catastrophe, la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a mis en place en 1985 un ‘Fonds d’urgence pour les secours en cas de catastrophe’ : le ‘DREF’ (Disaster Relief Emergency Fund). La Croix-Rouge de Belgique participe à ce fonds grâce à un accord conclu entre le gouvernement belge, la FICR et son homologue néerlandophone.

Si le DREF octroie des prêts pour financer le démarrage rapide d’opérations de secours dans le cas de catastrophes de grande ampleur, comme pour l’ouragan Irma, il faut noter que dans 80% des cas, son usage se fait plutôt sous forme d’aide directe lorsqu’une catastrophe de moindre ampleur survient et que la Société nationale du pays affecté est incapable d’y faire face à elle seule.

Cette utilisation prépondérante du DREF pour des catastrophes qui n’ont pas, ou très peu, de retombées médiatiques est préoccupante. Cela signifie que les catastrophes humanitaires deviennent de plus en plus courantes et que la sécurité des populations vulnérables est affectée par un nombre de facteurs croissant.

La Croix-Rouge de Belgique, solidaire de la Croix-Rouge rwandaise

Lorsqu’une Société nationale est dépassée par une catastrophe, la FICR envoie dès que possible sa demande de soutien à l’ensemble des Sociétés nationales du Mouvement Croix-Rouge.

C’est ainsi qu’en avril 2017, la Croix-Rouge de Belgique (CRB) a soutenu la Croix-Rouge rwandaise dans la réponse aux dégâts causés par des pluies particulièrement violentes dans le district de Gatsibo, à l’Est du pays. 675 personnes au total perdaient alors leur maison, en tout ou en partie.

Grâce au soutien de la CRB et d’autres Sociétés nationales, la Croix-Rouge rwandaise a pu venir en aide aux familles sinistrées et leur proposer un appui psychosocial. Elle a distribué couvertures, sets de cuisine, matelas de sol, moustiquaires, pagnes, ainsi que des articles d’hygiène (seaux, jerricanes et savons).

 

Au-delà de la catastrophe : la préparation pour le futur

L’évaluation de la situation sur place montra rapidement que les vulnérabilités des  communautés affectées allaient au-delà des damages causés par la tempête : un manque aigu de structures sanitaires, de latrines en particulier, se faisait sentir, ce qui cristallisa les craintes quant à l’apparition de maladies comme le choléra. La Croix-Rouge rwandaise, en partenariat avec la CRB et les autres Sociétés nationales, décida alors d’accompagner la réponse à la catastrophe par la réparation et la construction de latrines. 1622 toits en tôle et 270 kg de clous furent distribués.

Les habitants du district de Gatsibo prenant des toits de tôle et des clous pour reconstruire le toit de leur latrine © Rwanda Red Cross

Angelique Murungi, cheffe du service Disaster Management de la Croix-Rouge rwandaise, explique ainsi : « Tandis que nous soutenons les ménages avec du matériel d’urgence et de subsistance, nous nous efforçons également de partager tant que possible les bonnes pratiques pour se préparer à de telles catastrophes dans le futur. Au travers de séances de cinéma mobile, nous diffusons des messages pour faire réagir les communautés et leur fournir des informations qui pourront aider à réduire les risques dans le futur ».

Une aide qui porte ses fruits

Bref, le DREF joue un rôle essentiel dans la réponse aux crises et aux catastrophes, partout dans le monde. Les sinistrés sont aidés dans leurs nécessités premières, et au-delà. Soutenus par la Croix-Rouge, ils et elles sont reconnaissants. Parfois même, au point de susciter une vocation…. Maria Nyirambonimpaye, une villageoise rwandaise aidée par la Croix-Rouge, confie ainsi : « La Croix-Rouge est venue nous aider au moment où nous en avions le plus besoin. Cela m’a poussée à devenir membre de la Croix-Rouge afin de venir en aide à nos compatriotes rwandais confrontés à des catastrophes et autres challenges similaires ».

Maria Nyirambonimpaye, aidée par la Croix-Rouge, décide de s’engager suite à l’aide dont elle a bénéficié : « L’amour que la Croix-Rouge nous a donné doit être transmis aux autres Rwandais dans le besoin. »  © Rwanda Red Cross 

Ainsi, si l’usage abondant au DREF a de quoi inquiéter, il démontre que la Croix-Rouge est un acteur humanitaire clé dans l’aide d’urgence et que la solidarité internationale est bien présente au sein du Mouvement Croix-Rouge Croissant-Rouge. Par ailleurs, le recours au DREF éprouve et renforce les capacités de résistance des Sociétés nationales et les encourage à mettre en place des mesures en vue de renforcer la résilience des populations vulnérables. Plus résilientes, ces dernières affronteront les défis que leur réservent les années et siècles à venir avec plus de préparation, de réactivité et de sérénité.

La contribution de la Croix-Rouge de Belgique au DREF en quelques chiffres

Grâce au soutien de la Coopération belge au Développement, la Croix-Rouge de Belgique est venue en aide de janvier à septembre 2017 via le DREF à/au :

 

  • Croissant-Rouge marocain suite à une vague de froid : 45 086€
  • Croix-Rouge du Mozambique suite au passage du cyclone tropical Dineo : 30 659€
  • Croix-Rouge du Zimbabwe suite au passage du cyclone tropical Dineo : 39 027€
  • Croix-Rouge du Botswana suite au passage du cyclone tropical Dineo : 29 757€
  • Croix-Rouge rwandaise suite à une tempête et pluies violentes : 22 543€
  • Croix-Rouge du Malawi suite à des inondations : 100 962€
  • Croix-Rouge sud-africaine suite à des pluies violentes : 38 104€
  • Croix-Rouge nigérienne suite à une épidémie de méningite : 106 987€
  • Croix-Rouge de la République démocratique du Congo suite à de nouveaux cas d’Ebola : 72 138€
  • Croix-Rouge sénégalaise pour apporter un appui psychosocial aux quelques 165 migrants sénégalais rapatriés des centres de détention libyens : 35 167€
  • Croix-Rouge haïtienne suite à l’ouragan Irma : 10 280€
  • Croix-Rouge rwandaise suite à une tempête et des vents violents : 37 883€

 

Senegalese Red Cross provides assistance to 165 Senegalese migrants repatriated from Libya, in coordination with OIM and the Direction of Senegalese abroad of the Ministry of Foreign Affairs. © International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies Grâce au DREF, la Croix-Rouge sénégalaise vient en aide aux 165 migrants sénégalais rapatriés de Lybie.